La rentrée des jardiniers en herbe

Le jardin, c’est un lieu de rencontre et d’échange mais surtout d’apprentissage !

20171006_120553

Les petits jardiniers des écoles de Drancy, Aulnay-Sous-Bois et Villepinte, sont venus mettre les mains dans la terre aux Petits-Ponts lors de ce mois de septembre. Leur énergie sans faille (sauf peut-être celle de l’appel du pique-nique), nous a donné un bon coup de main pour les semis d’épinard, salade d’hiver et mâche. Lors des animations organisées ils ont pu découvrir le potager avec son poulailler, s’émerveiller devant les innombrables vers de terre grouillant dans le sol, apprendre les principes du compost et puis créer avec des objets de récupération de beaux épouvantails et moulins à vent.

On espère que ce soir ils mangeront leur épinards et qu’ils redemanderont de la soupe.

Camille

Publicités

Poivre et Sel

Deux nouvelles jardinières sont arrivées aux Petits-Ponts : Poivre & Sel.

Les deux poulettes participent activement à la gestion écologique de la parcelle : en transformant les déchets alimentaires en engrais utiles aux cultures ainsi qu’en nettoyant la parcelle des limaces, insectes indésirables et herbes envahissantes.

Poivre un peu plus farouche que Sel, ponds des œufs quotidiennement, que récoltent les participants aux ateliers de maraîchage collaboratif.

Il y a de quoi se faire une omelette avec un peu de ciboulette récoltée sur la parcelle.

Petite récolte qui deviendra grande

En cette fin de saison d’été, quelques beaux plants de tomates, maïs, fraisiers et haricots nous ont offert leurs fruits. Les petites récoltes glanées deçà, delà, nous donnaient un sourire à la fois gourmand et plein d’espoir, maintenant sûrs que la terre est belle et bien productive.

Pour arriver à ces résultats, notre présence tout l’été les mercredis et vendredis avec Luc et Christie et quelques autres curieux qui passaient par là, étaient nécessaire. De l’eau était enfin disponible sur la parcelle. Puis, nous avons palier aux problèmes des lapins ayant élu domicile sur la parcelle et qui festoyaient à la cantine des Petits Ponts, en faisant appelle à une association de furetage pour évacuer les squatteurs. Puis, les lieux anciennement habités : bottes de foin et de paille, ont été placés à l’extérieur de la parcelle pour éviter toutes récidives.

Notre lutte acharnée contre le rumex s’est poursuivie et porte ses fruits car certaines buttes en sont quasiment débarrassées. Dès à présent plus aucun rumex monté à graine n’est autorisé. Sur les prairies non cultivées, nous avons semés des mélanges d’engrais verts de seigle, avoine et luzerne, puis dans les allées du trèfle blanc. Ces plantes vont concurrencées la pousse du rumex et petit à petit diminuer l’implantation de cette plante envahissante.

De l’eau, une bonne terre : il ne nous reste plus que des beaux jardiniers pour la cultiver !

Camille